jeudi 23 juin 2016

La tenture des grotesques par la manufacture de Beauvais

La tenture des Grotesques
par la Manufacture de Beauvais

Cet ensemble de compositions décoratives à petits personnages, rappelant les «grotteschi» de Raphaël, a été tissé dès avant 1694 et jusqu'en 1730. Les esquisses ont été fournies vraisemblablement par Jean Ier Berain, « dessinateur de la Chambre et du Cabinet du Roi », et les cartons ont été établis par Jean-Baptiste Monnoyer (1636 -1699), peintre de fleurs.

Cette tenture fut tissée à la Manufacture de Beauvais sous la direction du flamand Behagle, directeur de la Manufacture à partir de 1684, et fut reproduite à de très nombreuses reprises pour satisfaire la riche clientèle de la noblesse et de la bourgeoisie, mais aussi pour faire concurrence aux ateliers flamands dont Bruxelles.

Au moins trois séries des grotesques de Beauvais furent livrées à la couronne ou à la famille royale.
- La première en 6 pièces en juin 1696 au Garde-meuble de la Couronne pour le service de Marly.
- une autre livraison est signalée pour le service du jeune Louis XV en 1727 (j'en ignore la destination).
- Le comte de Toulouse, fils légitimé de Louis XIV, en commanda une série de 7 pour son château de Rambouillet.
Composition de la tenture

La tenture complète comprenait au moins 6 sujets principaux marqués tantôt par l'exotisme, tantôt par la mythologie :
- Le Dompteur et le dresseur d'animaux
- L’Éléphant
- Le Dromadaire
- Les Musiciens
- L'offrande à Pan
- L'Ofrande à Bacchus

Ces décors étaient modulables et certains détails comme les vases et le paon pouvaient être tissé pour eux-mêmes.
On y trouvait également des panneaux aux armes de commanditaires comme celle de Fleuriau d'Armenonville ou des Gontaut-Biron.

Ces sujets s’insèrent dans un décor théâtral composé de baldaquins, de draperie et de rinceaux. Cet ensemble ornemental s'inspire des gravures de Berain.

Différentes bordures furent utilisées pour ces tapisseries, la plus riche est faite de rinceaux et de médaillons comportant des personnages chinois évoquant les 5 sens (ouïe, vue, odorat, toucher et le gout).
Cette bordure est attribuée à Guy Louis Vernansal (1648–1729), autre dessinateur et peintre ayant travaillé pour la manufacture de Beauvais dont la célèbre tenture de l'Empereur de Chine.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire